A M. Bernard et aux lectrices-teurs de la liste Ekosozinfo :

Bizi est effectivement une association indépendante de tout parti politique et le classement effectué a été réalisé par un Comité d'évaluation qui a étudié dans le détail TOUTES les réponses qui nous sont parvenues et les a évaluées avec la même grille d'évaluation que nous tenons à la disposition de tous les adhérent-e-s de Bizi. Cette grille évaluait plus favorablement les "oui argumentés" que les "oui simples". Le comité d'évaluation traquait également les oui "politiciens" qui étaient en fait des non en regard des conditions assorties pour que ce oui devienne réalité.

L'évaluation a donné lieu à un travail collectif intense et qui a duré très longtemps (5 heures de réunion ininterrompue précédées d'une journée de travail de regroupement, lecture et analyse des différentes réponses en face de chaque question) réalisé par des militants aux sensibilités électorales différentes, bien que tous unis par une vision anti-capitaliste de l'écologie (ce qui doit être le cas de la plupart des animateurs-trices de Bizi).

Cela a donné le classement qui a été rendu public et cela explique qu'un candidat divers droite s'y retrouve bien classé (car nous avons jugé exclusivement le contenu des réponses et pas l'origine ou le camp politique des candidats). Nous avons mis le contenu intégral de toutes les réponses en ligne sur notre site. Les listes EH Bai et Europe Ecologie ont obtenu -avec une différence très claire- le maximum de points sur le maximum de questions, ce qui explique qu'elle se retrouvent en haut du palmarés.

Beaucoup de réponses de M. Stephane Bernard nous ont paru insatisfaisantes, soit par "ultra-radicalisme" (par exemple à la question "Etes vous favorables à l'instauration d'une Contribution Climat Energie" la réponse " Paradoxalement, notre réponse est négative, car simplement nous sommes contre le droit de polluer ! L’urgence climatique et environnementale dans laquelle notre planète se trouve ne souffre pas de compromis, pourtant devenu un « cheval de bataille » incontournable, même pour des organisations écologiques !" ) ou par désaccord de fond sur ces mêmes réponses, par exemple celle disant "Nous vous rappelons que pour nous l’énergie devrait être gratuite et gérée par domotique dans un souci d’efficience énergétique."

M. Bernard dit "Lors de l’année 2011, je me suis rapproché de vous à plusieurs reprises afin de débattre sur notre approche nouvelle et très incomprise" mais nous n'avons connaissance d'aucune demande de rendez-vous dans ce sens.
Par contre M. Bernard a été adhérent de Bizi pendant un an (ce qui explique qu'il puisse envoyer un message à la liste Ekosozinfo, son adresse n'en n'ayant pas été enlevé au moment où il a arrêté son adhésion comme cela aurait du être le cas). M. Bernard a mentionné son ancienne adhésion à l'association Bizi pendant sa campagne électorale contrairement à ce que les Statuts de Bizi stipulent :

"Article 14. Indépendance de l'association

L'association Bizi ! est absolument indépendante de tout parti politique et a fortiori des pouvoirs publics. Aucun candidat à une élection politique ou syndicale, ne peut se prévaloir, notamment par l’utilisation de l’appellation ou du logo de l'association Bizi !, de ses liens actuels ou passés avec cette dernière."

Pour ce qui est de l'indépendance politique de Bizi par rapport aux "partis « basquisant » et « Europe Écologie » , nous la prouvons chaque jour dans notre pratique quotidienne :
Dans nos campagnes sur le vélo, la présence d'abertzale dans la majorité municipale de la mairie de Biarritz ne nous a absolument pas gêné pour "rentrer" dedans cette majorité municipale ; et la tendance clairement "anti-abertzale" de Jean Espilondo n'a en rien été un obstacle pour collaborer de prés avec la municipalité d'Anglet dont il est maire : Bizi ne juge que les contenus et pratiques réelles des pouvoirs en place et pas leurs coloration ou sensibilité politiques.
Nous n'avons pas jugé opportun de répondre à l'invitation d'Europe Ecologie à son action sur Fukushima l'an dernier car elle se déroulait quelques jours avant un scrutin électoral et avons organisé notre propre rassemblement, au nom de cette même indépendance politique de Bizi.
De même, nous nous retrouvons aux côtés d'Alain Iriart, abertzale et soutien d'Eva Joly à la présidentielle, maire de Saint Pierre d'Irube, quand il s'agit de manifester contre la LGV mais contre lui ou face à lui quand il s'agit de dénoncer le projet Ikea dont il est un des promoteurs ou de proposer une autre solution que le centre TMB des déchets.

Enfin, la question d'envoyer ou non des questionnaires ou sollicitations au FN fait actuellement l'objet d'un débat démocratique au sein de Bizi, et reste à trancher. Nous mènerons ce débat jusqu'au bout , et adapterons si ce débat mène à une telle conclusion la position traditionnelle de Bizi et de toute une partie du mouvement social et écologique, qui est de ne pas entretenir de rapports avec l'extrême-droite.

Salutations cordiales, écologistes et solidaires,
Txetx Etcheverry, membre de la Coordination de Bizi

J’accuse réception de votre réponse et je vous en remercie.

Par souci de transparence, elle sera mise en ligne ainsi que la brève réponse qui suit :

  1. Je prends note de votre méthodologie déclarée, ainsi que de l’application de votre « grille » que je supposais effectivement. Cet exercice du genre montre bien à quel point, il est difficile d’appréhender une démarche globale et systémique comme celle de l’EBR-T.
  2. Si vous appelez « ultra-radicalisme » le fait de refuser de donner le droit de polluer, nous assumons encore une fois notre position et je vous donne rendez-vous après Rio + 20, où vos sensibilités politiques seront représentées, pour constater encore une fois, socialiste ou pas, Europe Écologie ou pas, les décisions qui seront prises : à savoir, un accommodement de circonstance qui ne résoudra rien de plus !
  3. Si proposer l’énergie gratuite pour tous et la suppression du partenariat privé/public est un désaccord de fond, je laisse en effet vos adhérents et vos sympathisants, dont je suis, apprécier votre position.
  4. Je ne suis pas responsable des dysfonctionnements de communication interne à votre association, je vous ai contacté par mail à trois reprises et verbalement par l’intermédiaire de vos organisateurs qui m’ont téléphoné pour participer à certaines de vos manifestations. Je constate que vous ne relevez pas la main tendue à la discussion et j’en prends acte.
  5. Je n’ai absolument pas utilisé votre logo et je me cite (mes excuses pour cela) : "Je connais bien votre association pour avoir manifesté à plusieurs reprises dans vos rangs et pour y avoir été adhérent. Si aujourd'hui, je ne suis plus parmi vous, c'est simplement par souci d'éviter tous conflits d'intérêts ou de positionnement, de la même manière que je me suis retiré, pour la durée de cette campagne, de mon poste de correspondant d'Anticor64".
  6. Je laisse le soin aux lecteurs de se faire son idée sur les autres points de votre réponse.

Cordialement.

Stéphane Bernard,
Coordinateur EBR-T

 Article rédigé le 07/06/2012

0
0
0
s2smodern